Rejoins

Dix choses à faire pour ne pas sombrer après une nouvelle défaite.

Partager

La défaite est souvent dure, amère, un véritable coup au moral du supporter. Déjà lorsqu’elle est seule. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit de la quatrième, cinquième, sixième ou même septième consécutive ? C’est pourquoi, avant une possible énième déconvenue, nous vous proposons une liste de choses à faire après une défaite guingampaise pour ne pas sombrer (plus) dans la déprime.


Refaire le match sur FIFA avec l’option arbitre aveugle.

Ne croyez pas les médisants, la violence résout beaucoup de choses. Mais en cas de défaites, ne faites pas comme les rennais en allant taper sur du gosse. Non, allumez FIFA, prenez Guingamp et son adversaire du jour, mettez l’arbitre en off et taclez, bon sang, TACLEZ !

Se repasser en boucle les finales 2009 et 2014.

Quand ça ne va pas, rien de mieux qu’un brin de mélancholie. Calez-vous au fin fond de votre lit, une tasse de cacao chaud, allez sur Youtube et refaites-vous les plus beaux moments d’émotion de votre club tant aimé.


« – Il va prendre le carton jaune.
– MAIS ON S’EN FOUT ! »

Envoyer un CV à Bertrand Desplat.

Pas de temps à perdre, à chaque défaite, on se rapproche un peu plus d’une issue inéluctable. L’entraîneur est souvent le premier à sauter dans des situations pareilles et ça tombe bien, parce que vous savez exactement quoi faire. Vous faites du foot depuis vos huit ans, vous regardez 10 matchs de Ligue 1 par week-end et vous avez toutes les éditions de Football Manager sur votre Windows XP. Avec vous, pas de banc pour Nicolas Benezet et retour au 4-4-2. Maintien assuré à la trentième journée.

Aller voir l’Equipe de France à Roudourou.

Vous suportez l’En Avant de Guingamp, alors ce n’est peut-être pas pour vous, vous n’aimez peut-être pas forcément ce sport où vous n’en avez pas entendu parler dans un passé récent mais pour se remettre rien de mieux qu’un bon petit match de football. Si, vous savez, ce truc avec onze gars qui gagnent des matchs. Et ça tombe bien, parce que les Champions du Monde de la discipline sont de passage. Alors, cassez la tirelire, prenez les économies cachées sous le matelas de mémé, et peut-être bien que vous pourrez vous payer une place en Pelouse !

Prendre des nouvelles de ses exs.

Vous nous direz que ça n’aide pas forcément à aller mieux, mais si. Si on les aime vraiment, on est heureux pour eux. Comment ne pas sourire en voyant Claudio Beauvue enfoncer l’Olympique Lyonnais en guise de vengeance ? Comment ne pas sourire en voyant Moustapha Diallo enfoncer ses crampons dans le cheville d’un Neymar tourneboulant sur la pelouse ? Comment ne pas sourire en voyant Jimmy Briand enfoncer… non, rien.

Regarder un match des Féminines.

On le sait, que l’on va passer pour des goujats avec ces quelques lignes, mais il suffit de regarder quelques minutes d’un petit Fréjus-Guingamp un Samedi après-midi pour se rendre compte que même dernier de Ligue 1, c’est plus supportable qu’un match entier de D1 Féminine. Le côté bénéfique est d’autant plus présent que si vous avec le courage de regarder un match entier, vous n’aurez plus envie de râler sur le placement défensif d’Eboa Eboa.

Faire un raid dans le cabinet à alcool.

Bien souvent, on oublie que l’on voit le fond du trou quand on voit le fond de la bouteille. Après une nouvelle défaite, au diable la modération. Et puis, pourquoi attendre la fin du match ? Faites de la partie un jeu à boire ! Une mauvaise relance ? Shot ! Un but encaissé ? Shot ! Une mésentente Sorbon – Kallé ? Shot ! Une frappe trop écrasée de Thuram ? Shot ! Nolan Roux manque l’immanquable ? Shot ! Vous venez de boire un shot ? Shot !

S’émerveiller du classement des pelouses.

Hey, on est peut-être dans la charrue, mais au moins on a une belle pelouse ! Après tout, elle n’est pas responsable de ce qu’il s’y passe. C’est le bon élève du trimestre, qui ramène un petit 18,6/20 de moyenne à ses parents mais qui est ignoré parce que le petit frère ramène un 0 pointé en EPS. Injustice !

Penser aux futures promos de la boutique.

Vous rêvez d’avoir ce beau polo guingampais, celui que portait Nolan Roux lors de sa présentation à la presse mais qui coûtait trop cher ? C’est peut-être votre jour de chance ! A chaque défaite, sa réduction en boutique. Encore une ou deux déconvenues, et vous pourrez vous l’offrir !


Si le polo que porte Nolan coûte 40€ et qu’à chaque défaite,
une réduction de 5% est appliquée,
quel sera son coût à Noël ?

Positiver.

Tout est dans le mental. Dans ce genre de situation, il faut savoir se dire qu’il y a pire, que le malheur frappe d’autres âmes bien plus malheureuses très lourdement. Vous êtes peut-être vingtième de Ligue 1, mais au moins vous n’êtes pas supporter du Stade Brestois.

Article ecrit par Franck

Adorateur de Moustapha Diallo.