Rejoins

Esprit, es-tu las ?

À Guingamp, on a toujours cultivé. Cultivé la terre, cultivé le goût de l’exploit, cultivé nos différences. Ce terreau fertile trouve son sens dans l’ADN même du Trégor, où l’on sait que les plus belles histoires se construisent en confiance, en douceur, marche après marche.

Aujourd’hui, l’heure nous semble assez grave pour prendre la plume et vous livrer un sentiment, un ressenti que nous savons que beaucoup d’entre vous partagent. Notre club, que dis-je, notre institution, notre fierté, notre membre de la famille semble se diriger dans une direction contraire à celle, qui tout au long des années l’a construit, façonné, jusqu’à devenir le joyau que nous chérissons toutes et tous, de père en fille et de mère en fils.

Si la crise virale a vite éteint la lumière sur une saison très moyenne pour un relégué, il nous avait semblé que les décisions prises après l’arrêt des compétitions allaient dans le bon sens. Nomination de Xavier Gravelaine à un poste de directeur sportif, embauche de Fréderic Bompard pour épauler Sylvain Didot, recrutement précoce et plutôt bien vu de Paul-Georges Ntep, d’Enzo Basilio en tant que doublure d’un poste en grand mal, de Logan Ndenbe, signatures en nombre de contrats pros chez nos jeunes… On a sincèrement eu le sentiment que le bateau qui dérivait depuis la reconduction d’Antoine Kombouaré, naviguait enfin vers le bon cap. Celui de Bonne Espérance.

Bien sur, et il faut le souligner, toutes ces décisions ont obligatoirement reçu l’aval de notre président salarié, qui, aux yeux des supporters, a bien des choses à se faire pardonner…

Oh, bien sur, on ne passe pas du statut de cancre à celui de 1er de la classe en un claquement de doigt, mais les efforts, le fait de moins peser au sein du sportif lui avait fait retrouver un peu de sa superbe. Ajoutons à cela, son noble combat pour que les clubs de ligue 2 puissent obtenir plus de subsides vis à vis des grands voraces de Ligue 1, le tableau commençait à avoir de la gueule. Bon, une petite anicroche quand même, « Non Bertrand, on ne s’insulte pas et on ne se bat pas avec un autre président, fût-il celui de l’OM ».

Bref, alors que presque tous les indicateurs étaient au vert, surgissent de nulle part, comme une mauvaise blague, les images qui ont fait le tour des réseaux sociaux guingampais :

  

 

         Bertrand et son petit suisse                                                    Député démasqué

Que diable vient faire ce député qui traîne derrière lui une odeur de soufre à rendre jaloux plusieurs volcans, aux cotés de Bertrand, au sein de notre maison ?

Joachim Son-Forget, membre du Parti Socialiste jusqu’en 2014, a réussi la prouesse de se faire connaitre depuis 2017 en étant élu LREM député des français de l’étranger option Suisse et Liechtenstein. Mais il se fait surtout connaitre sur Twitter, polémiques après polémiques (soutien de Marcel Campion auteur de propos homophobes, harcèlement sexiste de la sénatrice Esther Benbassa dont il raille le physique, etc..)
Récemment en décembre 2019, il s’accoquine avec Marion Maréchal-Le Pen avec qui il évoque une amitié naissante avec quelqu’un qu’il apprécie. Enfin, en 2020, outre sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 annoncée chez Cyril Hanouna, un autre ami malheureux de la maison guingampaise, il sera à l’origine de la diffusion du lien permettant de voir Benjamin Griveaux jouer avec son organe génital.

Loin de nous l’idée de politiser le débat, chacun est libre de ses choix et de ses votes, mais force est de reconnaître que l’on a ici un personnage détestable dont le seul but est de surfer sur la vague porteuse, peu importe les moyens pour y arriver. Ses convictions sont aussi sincères et loyales que le vote en faveur du Qatar pour la Coupe du Monde 2022.

Qu’apprend-on alors de sa visite ? Monsieur joue les entremetteurs entre un homme d’affaire libano-suisse et le député Marc Le Fur pour redonner vie à l’usine de masque à Plaintel.

Bertrand Desplat a donc trouvé normal de recevoir la délégation parce que, livre-t-il à Ouest France :

« C’est aussi le rôle d’un club comme le nôtre de recevoir des investisseurs comme M. Chatila . Dans les Côtes-d’Armor, nous souhaitons tous redonner vie à cette usine. Avant de m’attacher à l’identité des personnes qui l’entourent, je vois surtout un industriel qui va donner un peu de souveraineté à la France. »

Repassons l’action au ralenti…
Avant de m’attacher à l’identité des personnes qui l’entourent, un homme d’affaire libano-suisse va donner de la souveraineté à la France.

Sérieusement Bertrand ? Et investir dans le sponsoring d’EAG à moyen terme ?  Alors, peu importe le flacon, pourvu que l’on ait l’ivresse ? Au mépris du maillage régional tissé depuis de longues années avec les investisseurs locaux, au mépris des Kalons, au mépris du petit livre rouge que tu aimes tant, au mépris des amoureux de l’En Avant, au mépris des valeurs historiques du club que tu foules du pied ?

Tu dois prendre conscience qu’un club ne se gère pas comme une entreprise ordinaire, que la relation avec le client est primordiale. Or, ce client à Guingamp, il veut du travail, de l’éthique, de la droiture et du sacrifice. Il ne veut pas de la facilité, il ne veut surtout pas de compromission au nom d’un intérêt financier si tous les acteurs ne sont pas irréprochables. Ne succombe pas au sirènes suisses d’un député dérangé, au risque de te retrouver face à des esprits las de toutes tes intrigues, de tes manigances. Ces photos ont choqué, elles ont fait ressurgir en nous ces histoires de clubs qui voulaient grossir et qui ont fait pschiiit du fait de l’artificialité des hommes. Ne soit pas un de ceux-là, renseigne-toi un minimum avant de te faire tirer le portrait auprès de l’un d’entre eux ou pire, leur signer des contrats.

J’imagine que cet article s’il remonte jusqu’à toi ne te fera ni chaud ni froid, mais il fallait qu’on le dise, comme un cri du cœur… Nous sommes amoureux de nos couleurs.

Article ecrit par ArMelo

Membre @RoudBoys, Ancien administrateur du forum officiel de l'En Avant de Guingamp, Co-fondateur des "Vieux Cons de Guingamp", Parle plusieurs langues, Français, Anglais, Allemand, Breton, Latin et de Pute.