Rejoins

La Foire aux Bestiaux #12 : Pedro Rebocho

Partager

Il n’est jamais trop tard pour continuer de présenter nos recrues estivales, et pour ce douzième épisode, nous partons à la découverte d’un jeune portugais: Pedro Rebocho, qui a la lourde tâche de remplacer son cousin brésilien, Fernando Marçal, parti en direction de Lyon.

Rebocho fut l’une des premières recrues de l’été, le flanc gauche de la défense guingampaise s’étant retrouvé orphelin après les départs de Marçal et Lévêque. Âgé de 22 ans, le portugais a été formé à Benfica et y est resté jusqu’en 2016, lui donnant l’occasion par là même, d’y croiser celui qu’il finira par remplacer, Fernando Marçal. Avant de signer à l’En Avant, Pedro a d’abord disputé le championnat d’Europe Espoirs avec le Portugal et a pris conseil auprès de son ami Rony Lopes, qui lui a vanté les qualités de la pelouse de Roudourou.

Après son passage chez les lisboètes où il ne disputera aucun match avec l’équipe fanion, il s’engage avec Moreirense à l’été 2016 et vit une saison pleine avec une victoire en Coupe de la Ligue. Ce joueur aime aller vers l’avant, centrer et délivrer des passes décisives comme son prédécesseur. Passé par toutes les catégories de jeunes en sélection, il rêve maintenant d’intégrer un jour la sélection A comme son pote Bernardo Silva.

Alors, on vous voit venir avec vos gros sabots « et s’il était pas footballeur, il ferait quoi, le poilu ? Maçon ? » Et bien… non ! Il aurait été chanteur et plus précisément rappeur. En dehors des terrains, appelez-le « Stiff Wrist » (ndlr : ce qui se traduit en « poignet douloureux » si vous voyez ce qu’on veut dire.) Il écrit depuis quelques années maintenant mais s’est véritablement lancé en octobre dernier, après avoir subi une fracture du péroné avec la réserve de Benfica, lorsqu’il s’est mis à écrire une première chanson, nommé tout simplement « Fibula » (péroné en portugais). Il déclarait en Septembre au Télégramme ces douces paroles : « La musique, c’est la liberté des mots. Je peux écrire ce que je veux. Quand j’écoute le « beat », je pense écrire un message, mon message. Cela vient de ce que j’ai vu, de ce que j’écoute, des choses que je pense dans la vie.» Gros baiseur, va.


On comprend rien, mais ça a l’air sympa.

Pedro n’a, toutefois, pas eu l’occasion de montrer toute l’étendue de son talent avec seulement trois matchs disputés, la faute à une blessure. Malgré cela, il a montré qu’il avait une belle technique et une volonté d’aller vers l’avant. On devrait donc le revoir bientôt, même s’il sera en concurrence avec Franck Tabanou, le concurrent parfait pour le pousser à élever son niveau, notamment sur les centres, délivrés généralement comme des paquets fado.

Le Portugais s’est déjà bien intégré au groupe grâce à un très bon Français, sera-il prêt à monter sur scène en Août prochain pour interpréter une chanson à la Saint Loup ?

Article ecrit par Pierre

Créateur de la @Team_EAG et possède un meilleur football que Maxime Baca