Rejoins

La foire aux bestiaux #4 : Jordan Ikoko

Partager

Troisième recrue du mercato guingampais après Lucas Deaux et Étienne Didot, Jordan Ikoko dispose d’ores et déjà d’un statut de choix : celui du joueur avec le nom le plus rigolo. Marcus Coco n’avait qu’à bien se tenir.

Jordan Ikoko a vu le jour le 3 février 1994 à Montereau-Fault-Yonne, paisible bourgade de 17.173 âmes (recensement 2013) située dans le département de la Seine-et-Marne. Ce qui lui fait un point commun avec Neeskens Kebano et Charlotte de Turkheim.

Il signe sa première licence à l’âge de 8 ans au Mitry-Mory Football, avant d’intégrer le centre de formation du PSG en 2007. Comme tout joueur formé au PSG, il n’aura jamais sa chance en équipe première (spéciale dédicace @ Jean-Kévin Augustin, la porte est ouverte). Lors de la saison 2013-14, il est prêté à l’US Créteil-Lusitanos du président Armand Lopes, et semble dès lors destiné à devenir la doublure de Jonathaõ Martins-Pereira.

La saison suivante, Ikoko pose ses valises dans cette belle ville du Havre, avant d’être prêté une troisième et dernière fois au RC Lens, dirigé par un certain Antoine Kombouaré, qui a donc fait le forcing pour que son poulain le rejoigne à l’En Avant de Guingamp.

Originaire de RDC (ou Congo-Kinshasa, à ne pas confondre avec le Congo-Brazzaville de Ladislas Douniama), Ikoko a franchi tous les paliers en équipes de France jeunes, des u16 aux Espoirs, et a notamment participé à la Coupe du Monde u17 en 2011 et à l’Euro u19 en 2013.

A 22 ans, il dispose donc déjà d’une solide expérience, avec plus de 80 matchs en Ligue 2 et près de 60 en sélection. Suffisant pour faire oublier Lars Jacobsen, mais surtout Maxime Baca ? L’avenir nous le dira.

jordan-ikoko-guingamp-eag

« A la base on avait repéré un arrière droit suédois. J’avais prévu de faire l’aller-retour Guingamp-Stockholm avec ma 306, mais je suis tombé en panne dans le Pas-de-Calais »

Article ecrit par Bastien

Diallo akbar.