Gaëtan Courtet et le but qui n’existe pas.

L’histoire que nous nous apprêtons à vous conter ce jour pourrait très bien se retrouver dans une revue sociologique, mais nous tenons à vous rassurer : vous ne vous êtes pas égarés. Vous êtes bel et bien sur roud-boys.fr, un site dont les écrits tiennent plus de Picsou Magazine que de Science&Vie.

Nous allons donc vous expliquer comment il est possible que plus de 700 000 personnes aient pu voir un but… qui n’a jamais existé.

Tout commence par un match pas si anodin de Ligue 2 BKT entre l’En Avant Guingamp, notre cher et tendre club, et l’AS Saint-Etienne. Ce qui était autrefois un match considéré comme extrêmement moyen de l’élite du football français se retrouve désormais comme affiche d’une journée de la division inférieure. Comme le temps passe et est cruel. Toujours est-il que ce match a lieu et produit un football intéressant (oui, oui, en Ligue 2, il y a du football intéressant) et tout particulièrement une action. Enfin, deux, pour être tout à fait exacts.

La première, vers la 19ème minute de jeu, quand pris d’un coup de folie certainement provoqué par le soleil qui tapait sur son crâne chauve, Courtet tente une sublime frappe excentrée de 40m qui ne passe pas loin de tromper un Dreyer, probablement lui aussi touché par une forme d’insolation ou juste les effets de son âge avancé.

La seconde, dans le temps additionnel de la première période quand Courtet, magnifiquement lancé par le tibia de Tchimbembé, allume la lucarne du gardien stéphanois qui n’a d’autre choix que de laisser le ballon entrer dans ses filets s’il souhaitait garder l’usage de sa main gauche. Ce serait embêtant de se retrouver manchot même si ce ne serait pas forcément rédhibitoire au métier de gardien de but de l’AS Saint-Etienne, en 2022.

Une seconde frappe et un but, donc, dont la beauté ne laisse aucun doute, mais qui n’est indubitablement pas à la hauteur du but qui aurait pu être, fut la première frappe concluante. Sauf qu’il existe de nos jours, des moyens de changer le cours de l’Histoire et comme on aime tromper notre monde chez les Roud Boys, c’est ce que nous avons fait. Un petit coup de Photoshop par ci, un petit coup par là, vas-y que je te colle la célébration du vrai but derrière et voilà qu’en quelques minutes une frappe boxée par Dreyer devient un but sensationnel inscrit depuis la ligne de touche.

On poste donc, comme à notre habitude, notre « tromperie » sur nos réseaux sociaux: Twitter et Facebook. Et si, sur le second réseau, le faux but a son petit succès, il est très loin de celui connu sur celui de l’oiseau bleu. En 24h, le tweet est vu par plus de 700 000 personnes, la vidéo cliquée par 220 000 personnes différentes et partagé plus d’un millier de fois.

Alors, pourquoi, malgré un montage digne du boucher du coin de la rue, certains ont cru à cette supercherie ? Car, et ça nous étonne tout autant que vous, nous recevons depuis la publication de cette vidéo, des acomptes de discussion autour de la machine à café du « but inscrit par Guingamp depuis le milieu de terrain. » La réponse est simple, à vraie dire. L’En Avant Guingamp de Stéphane Dumont est un club qui s’illustre depuis plus d’un an à coup de grosses minasses venues de nulle part qui sans qu’on ne comprenne pourquoi ni comment font filoche. Et quand on a vu de nos propres yeux Livolant allumer une lucarne de volée alors qu’il était en-dehors du stade au moment de la frappe, est-ce qu’un lob de Gaëtan Courtet semble si improbable ? Non, pas vraiment.

Tout ceci pour dire, les enfants, que sur internet il est important de faire attention et vérifier ce que l’on y lit. Sauf si c’est posté par les Roud Boys. Vous pouvez nous faire confiance, promis juré.