Rejoins

La foire aux bestiaux #6 : Karl-Johan Johnsson

Partager

Oyez oyez braves gens ! La Foire aux Bestiaux est de retour (pour vous jouer un mauvais tour). Après deux mois de repos bien mérités, il était temps de remettre le bleu de travail et d’aller humer cette douce odeur de purin que l’on aime tant.

Pour se remettre dans le bain, intéressons-nous au poste le plus important sur un terrain de football : celui de gardien de but. Un poste à responsabilités donc, d’autant plus lorsqu’il s’agit de succéder à des joueurs de classe internationale tels que Ronan Le Crom, Eric Loussouarn ou Gérard Gnanhouan.

Attention à ne pas confondre Gnanhouan (gauche) et Gneugneugneu (droite.)

Attention à ne pas confondre Gnanhouan (gauche) et Gneugneugneu (droite.)

Le flambeau avait été repris avec brio au cours des deux dernières saisons par Jonas Lössl qui, malheureusement pour nous, a décidé de se rapprocher de ses racines danoises en signant du côté de Mayence. Forcément, quand on a goûté à la C3 avec Guingamp… Le départ de Jonas acté, il fallait donc lui trouver un successeur.

Face au succès rencontré par la filière danoise l’été précédent, la direction a décidé de renvoyer Stéphane Carnot dans le Grand Nord. Et c’est à Randers (club dont le meilleur buteur de tous les temps se nomme Ronnie Schwartz, faut-il le rappeler) que Thoune a trouvé le digne successeur de Jonas Lössl : il est grand, il est blond et répond au doux nom de Karl-Johan Johnsson.

"Il est grand, il est blond..." Me dites pas que Kallé c'est Pierre Richard ?

« Il est grand, il est blond… » Me dites pas que Kalle c’est Pierre Richard ?

Karl-Johan Johnsson. Le fils de John, donc. Et comme ils sont nombreux, notre ami s’est vu affubler d’un sobriquet afin de le différencier de ses camarades blonds : « Kalle ». Comme dans « ça caillait hier soir hein ? », ou « cahier 21 x 29,7 grands carreaux. »

À la différence de Jonas Lössl, qui remplissait ses gourdes de Carlsberg (le secret de sa réussite d’après certains), Kalle n’est pas danois mais suédois et est donc un bouffeur de Krisprolls. Pour le convaincre, les dirigeants guingampais lui ont fait une promesse : en cas de maintien en Ligue 1, un magasin Ikea sera construit dans la zone du Rucaër à Pabu. On peut dire qu’à Guingamp, on sait motiver ses troupes.

Kalle est d’ailleurs régulièrement appelé en équipe de Suède, il a 3 sélections à son compteur (3 amicaux lors de la traditionnelle tournée hivernale suédoise au Moyen-Orient mais chut.). Malheureusement il n’a pas disputé l’Euro 2016 en France. Il paraît qu’il avait autre chose à faire que de prendre 1 seul point en 3 matches.

Pourtant, on peut dire que ses débuts n’ont pas été parfaits : quelques sorties hasardeuses, des mauvaises relances, un carton rouge à Toulouse. (Ça arrive aux meilleurs, même à « Bastien P » illustre gardien de District.) Il faut avouer que Jonas Lössl avait mis un certain temps avant d’être au top. Kalle trouve ses marques et reste sur deux énormes matches face à Lille et Lyon où il a permis à son équipe de gagner. Il s’est même offert le luxe d’arrêter un ballon de la tête face à Eder contre Lille et de délivrer une passe décisive de la main à Marcus Coco contre Lyon.

Le but est grand ouvert, ce que va faire Eder va vous étonner.

Le but est grand ouvert, ce que va faire Eder va vous étonner.

En présidentielle, les abonnés commencent à prononcer son nom correctement, c’est bon signe quand on sait qu’ils ont mis 6 mois pour parvenir à dire « Jonas Leseul ».


Article ecrit par Bastien

Diallo akbar.