Rejoins

Les conséquences du retour de Xavier Gravelaine.

Il est de retour ! Non, pas le divin enfant et non, encore moins Jocelyn Gourvennec. Pas encore. La troisième partie de son histoire avec nous n’est pas encore prévue pour tout de suite. Non, on parle bien de l’homme à la mine d’alcoolique la plus célèbre du football français après celle de Thierry Laurey : Xavier Gravelaine.

Celui qui était surnommé le Monchi du Calvados lors de son passage du côté du Aissemme Caen, repose ses valises dans le deux-deux et occupera le poste tout justement créé pour lui de « Directeur du Football. » Nous éviterons de nous pencher sur ce nom, parce que déjà, pour être directeur du football, faudrait qu’il y ait du football à diriger et ça, à Guingamp, c’est une matière portée disparue depuis belle lurette. Faut dire qu’on s’est fait pomper toutes nos ressources naturelles par l’autre kanak slash golfeur, mais bref… Donc, oui, le Xav’ est de retour et on vous explique ce que ça va engendrer pour le club à plus ou moins court terme.

I – LA CREATION D’UNE ZONE FUMEUR EN TRIBUNE

Il est connu, le gazier, pour sa dégaine de Columbo avec son grand imper beige et la Marlboro au bec. Et il n’est pas du genre à s’en tenir aux règles de bonnes conduites en tribunes, le pépère. On le voit déjà en tribunes, la mine déconfitte après que le ballon ait encore été envoyé sur le parking du Point Vert juxtaposé au stade alors que le gardien était parti pisser sur son poteau de corner, en train d’envoyer son épaisse fumée blanche à la tronche des mecs autour de lui dans le carré réservé aux dirigeants et autres membres de l’inutile CA. Non, pas de ça. Il sera envoyé fumer ses bâtons de cancer au milieu des petits vieux, ça leur apprendra à siffler les jeunes du club à ces schnocks dégarnis.


« Quand j’vais dire à ma femme qu’on retourne à Guingamp… »

II – QUELQU’UN POUR RECADRER LES P’TITS CONS

On le sait que directeur sportif ou directeur du football, vous appelez ça comme bon vous semble, ce n’est pas la même chose que responsable de garderie. Mais il faut dire que le vestiaire souffre d’un mal bien profond : il n’y a personne pour les recadrer et leur dire d’arrêter leurs conneries. Il est temps pour certains de grandir. Terminées les provocations à venir au Pro Park dès qu’une personne ose critiquer un attaquant qui raterait Pierre Ménès dans un couloir, terminés les smileys provocateurs sous des articles qui annoncent que tel ou tel joueur ne quittera pas le club et surtout, terminées les publications Instagram où les joueurs posent fièrement au volant de leur bolide alors qu’ils ont dû dire au revoir à l’un des leurs il y a à peine quelques semaines après un accident de voiture. Il est temps de mettre les points sur les i et les pieds dans la tronche quand c’est nécessaire.

III – LA FIN DE BERTRAND DESPLAT ENTRAINEUR

Il existe un bien vilain bruit qui tourne depuis quelques temps dans la sphère guingampaise, affirmant que le véritable entraîneur guingampais ne serait pas Sylvain Didot mais notre cher et tendre Bertrand dit « Beber » Desplat. Sa présence quotidienne aux entraînements ainsi que dans les vestiaires à chaque match aussi bien à domicile qu’à l’extérieur ne seraient donc pas dûes à son amour indéfectible du football pratiqué en Ligue 2 mais plus à sa volonté d’imposer à son entraîneur un schéma tactique qui ne fonctionne plus depuis Ô combien de temps ? Mince, alors, nous qui pensions qu’il n’avait pas les diplômes. Comme le mec actuellement en poste, vous nous direz. Et bien ça aussi, c’est terminé, pour le sportif c’est Xav le patron.


– On est quand même plus efficaces en 4-4-2
– J’ai dit non ! 4-3-3 et puis c’est tout.
– Mais…
– Pas de « mais. » Encore un mot et je t’impose Valdivia au milieu.

IV – UN RÉSEAU INÉGALÉ.

C’est un fait que tout le monde connaît : Xavier Gravelaine a bourlingué comme pas deux dans sa carrière. Presque une vingtaine de clubs à son actif, que ce soit en tant que joueur, entraîneur ou directeur sportif. Avec un CV comme celui-ci, viennent des rencontres et des relations de types professionelles. Et c’est sans doute grâce à celles-ci qu’il a pu recruter des pépites comme Chaker Alhadhur, Adama Mbengue ou même Enzo Crivelli. Voilà qui devrait mettre hors d’état de nuire notre circuit préférentiel pour le recrutement composé principalement d’agents qui viennent nous refourguer leurs biens abîmés.


– TOP ! Je suis réputé pour avoir fait le tour de la France et m’être aussi exporté à l’occasion dans d’autres pays, faisant de nombreuses victimes. Je suis ? Je suis ?
– Euh, le coronavirus ?
– Non, Xavier Gravelaine !

V – LA VENUE DE PATRICE GARANDE

Non, on rigole. Putain, on espère pas. Ce serait dramatique. Lui qui rôde autour du poste d’entraîneur de l’En Avant depuis tant de temps au point qu’il aurait décidé de venir vivre près de Roudourou pour faire des économies de timbres à chaque changement à la tête de l’équipe aurait désormais une porte d’entrée de plus chez nous ? Merde.

Article ecrit par Franck

Adorateur de Moustapha Diallo.