Rejoins

Merci Jocelyn

Partager

Nous sommes le 17 Mai 2010 en fin d’après-midi quand l’annonce tombe : le club, fraîchement relégué en National, a trouvé le remplaçant de Victor Zvunka. Son nom, c’est celui d’un ancien joueur pro né à Brest et passé par Lorient, Rennes, Nantes… Jocelyn Gourvennec. Au moment de l’annonce, probablement personne ne se doute de l’impact qu’aura ce nom sur tout un club et son Histoire. La suite ? On la connaît. Une remontée immédiate, deux ans en Ligue 2 avant la troisième montée en Ligue 1 de l’En Avant de Guingamp. Pas mal, hein ? Que nenni ! Le druide ne s’arrêtera pas là. Il apportera la seconde Coupe de France au club et une épopée fantastique en Europa League, alliant à ça des résultats en championnat très respectables.

Du coup, Jocelyn, nous voulions te dire une chose : merci.

  • Merci pour le National, la Ligue 2, la Ligue 1, la Coupe de France et l’Europa League.
  • Merci pour ce blason guingampais que tu as redoré aux yeux de bien des personnes.
  • S’il est aujourd’hui porté fièrement par nos joueurs, c’est en parti grâce ce que tu as fait.
  • Merci pour les hauts. Merci pour les bas, aussi, qui ont rendus ces hauts encore plus beaux.
  • Merci pour ta patience avec certains joueurs, ces gars avec la finition d’un chantier portugais que tu as transformé en buteur le temps d’une intersaison.
  • Merci pour les joueurs pour qui tu n’as rien pu faire sans pour autant les laisser tomber. Ces drôles de mecs qui auront au moins eu le don de nous faire rire les soirs où on était incapables de foutre un pied devant l’autre. Les soirs où on repartait, au minimum, avec quatre pions dans la valise.
Dembélé-Erding-PSG

Remember Dembélé et Erding contre Paris, cette saison.

  • Merci pour ces guerriers. Les Mus’ Diallo, Giresse, Mathis, Beauvue, Mandanne, Kerbrat, Sorbon, Lössl, Samassa et tant d’autres. Ces mecs qui ont pu rivaliser avec l’équipe « à Drogba et Malouda ».
  • Merci pour les émotions, les joies, les frissons, les larmes bien plus souvent de bonheur que de tristesse.
  • Merci pour la trique que tu as pu donner aux anciens qui végètent en présidentielle depuis l’inauguration de Roudourou, leur ADN à jamais marqué sur des sièges qui servent désormais à poser les bières des spectateurs le temps d’un Dimanche après-midi au fin fond du 22.
  • Merci pour la doudoune sous la veste.
Jocelyn et sa doudoune

Vous vous trouvez trop maigre ? Jocelyn a la solution parfaite.

  • Merci pour ton duo avec Prez’ Beber. Ce duo magique qui nous aura donné tant de bonheur.
  • Merci de nous avoir éclaboussé de ta classe et de ton fair-play, nous bouseux. Bien des fois tu aurais pu perdre ton sang froid face à l’incompétence de certains « arbitres professionnels » mais tu as su garder ta zen-attitude naturelle alors qu’on sait tous que Clément Turpin est une salope ! (Gwen Tagrenmer ©)
  • Merci pour ton ambition, aussi folle soit-elle, elle nous a amenés loin et nous a offert des joueurs et des moments dont jamais nous aurions pu rêver.

En bref, merci pour tout.

Aujourd’hui est venu le temps de tourner probablement la plus belle page de l’Histoire guingampaise. C’est dur mais nécessaire. Et puis, après tout ici c’est « En Avant…« 

Alors, kenavo maestro et pour terminer, on te laissera le dernier mot :

 


Article ecrit par Franck

Adorateur de Moustapha Diallo.