Rejoins

Ode à… Marcus Coco.

          Vendredi 21 octobre 2016, à une heure tout à fait correcte, avec mon Roud Boy Franck, on s’est mis à parler de nouvelles chroniques pour vous faire plaisir. Et puis, parmi nos idées, est apparue « Ode à… ». Pour ceux qui me connaissent, je voulais bien entendu commencer cette nouvelle chronique avec « Ode à… Sloan Privat » pour le plus grand bonheur de tous ses fans. Mais en réfléchissant quelques secondes, on s’est dit qu’on commencerait avec le joueur qui marquerait le 400ème but de Guingamp en Ligue 1. Dans un premier temps, calmes, on s’est dit que ça serait contre Angers le samedi 29 octobre 2016. Et puis on s’est mis à rêver : et si c’était contre l’équipe de Jean-Michel Hole Ass ? Et bah vous savez quoi, les rêves qui se transforment en réalité, c’est fabuleux.

          Le 400ème but de Guingamp aura donc été marqué le 22 octobre 2016 à 18h34 au Parc OL. Et qui de mieux qu’un jeune de Guingamp pour ce moment historique ? Marcus, il est né le 24 juin 1996 en Guadeloupe. En fait, comme tous les gens exceptionnels de cette planète, lui aussi est né en juin aux côtés de Rafael Nadal, Kanye West, Tupac Shakur, Manu Chao, Zidane, et moi-même bien entendu. Bon, on ne va pas se le cacher, c’est aussi le mois de naissance de Brandao et de Faudel.

Tellement n’brick Marcus.

          En 2013, il débarque à Guingamp afin d’y trouver un lieu serein, calme et où le climat serait plus ou moins identique au climat guadeloupéen. Guingamp, c’est l’évidence donc. A Guingamp, il intègre les U19 puis l’équipe B d’un autre Coco. Michel cette fois-ci. Finalement, il intègre rapidement l’équipe pro sous la houlette de Jocelyn « Dieu » Gourvennec. Le 14 janvier 2015, lors du 8ème de finale de la Coupe de la Ligue contre Monaco, à la 85ème et avec son beau numéro 33, Marcus effectue son entrée à la place de Thibault Giresse. C’est son premier match professionnel. Ce match, je m’en rappellerai à vie. Pour Marcus et pour l’escroquerie subie.

corner monaco

Tout va bien.

          Au fur et à mesure, Marcus va s’imposer : des fois remplaçants, des fois titulaires. Mais à partir de la saison suivante, il va devenir un titulaire incontestable, pour le plus grand bonheur des supporters guingampais. Marcus, c’est un de nos chouchous. Devenu titulaire incontestable à Guingamp, la prochaine étape pour lui, c’est la sélection en Équipe de France, en octobre 2015.

eag-mc

          Le samedi 13 février 2016, soit quatre mois après sa première sélection avec les Bleuets, Marcus marque son premier but à la maison, contre Bordeaux. Et franchement, tout est magnifique, même la célébration qu’on ne comprend pas entièrement.

premier but L1 coco

          Depuis, c’est l’autoroute du bonheur. Pour cette saison de Ligue 1 2016-2017, Coco c’est 9 titularisations sur 10 matches. Et même si Marcus ne marque pas souvent, sa présence est essentielle : rapide, percutant, bonne vision de jeu, altruiste… Mais il n’est pas doué que pour le foot et les jolies célébrations. Non ! Il a plusieurs cordes à son arc Monsieur Coco. Voici une petite liste de ses nombreux talents :

  •  Marcus, c’est notre Chris Brown à nous. La preuve en deux gifs :

marcus

1.Un magnifique déhanché.

 

cocdab

2.Ça, dans « Danse avec les stars », c’est 10. Même si ses copains s’en balancent absolument.

  • Marcus c’est la jeunesse de l’équipe avec Ludo Blas, son acolyte. Du coup, la vieillesse se faisant sentir chez les Roud Boys, on comprend pas toujours tout nous.

  • Et on ne va pas se le cacher, Marcus c’est l’un des atouts charmes de l’En Avant. Loin derrière Nicolas Benezet certes, mais quand même.

cocopeignoire

T’as le look Coco. Coco t’as le look. Pas de doute Coco, t’as le look qui te colle à la peau.

 

Bref, merci pour tout Marcus. Et une chose est sûre, we are « in love with the Coco ».

 

 

Article ecrit par Marie

No Schwartz, no party.