Rejoins

Twinterview #FCMEAG – @CaptainLivier

Partager

Et non l’année n’est pas finie puisque Guingamp, après avoir réalisé un nouvel exploit en battant le PSG, se déplace ce mercredi soir à Metz. Du coup, je suis parti à la rencontre de @captainlivier, supporter messin et papa depuis le début de saison de la « GrenatFactory. » Cappie, comme on le surnomme dans sa Moselle natale, ne pourra malheureusement admirer le jeu à la guingampaise, son président ayant décidé de fermer la fameuse «Tribune Sud.»

1 – Salut Cappie, peux-tu te présenter et nous expliquer comment tu es tombé amoureux du FC Metz ?
Cappie, 22 ans, ça fait 16 ans que je supporte malgré moi le FC Metz. Je suis tombé amoureux de ce club parce que mon père m’a emmené au stade quand j’avais 6 ans. Pour l’anecdote mon père est un supporter de Nancy. Alors que c’est le pire ennemi de Metz. Les contradictions, tout ça… Pour les plus anciens, les vrais niggiz’ j’ai connu Meyrieu, Baticle, Mondragon et je suis tombé amoureux de ce club dès le premier match. Même si c’était un 0-0 contre le RC Consanguin de Lens. J’ai commencé à aimer ce club, l’animation des tribunes et puis le football devenait pour moi quelque chose de vital dans mon quotidien, je jouais en club, j’enregistrais en K7 les épisodes d’Olive et Tom. J’ai très vite baigné dans le milieu du football et soutenir ma ville, alors en Ligue 1, était une chose aisée.

2 – Afin de résoudre des problèmes d’orthophonie présents chez certains français, dis-nous comment on prononce le nom de ta ville, bien souvent écorché. (FC Meeetzse ou FC Messe )
Les schleus prononcent Metzse. Pour les vrais, c’est «Messe.» Nous sommes très à cheval sur la prononciation française de notre ville. On n’est pas des putains de Strasbourgeois avec un accent pas possible. Même si nous sommes proches de l’Allemagne, on a montré par de là l’histoire que nous sommes Français plus que tout.

3 – Avant d’aborder la situation de ton club, un lien unique lie les deux clubs, il se prénomme Mevlüt et il a porté les maillots des 2 clubs. Alors, bonne pioche ce Erding ?
Bonne pioche oui, pour un promu comme nous. J’ai beaucoup de peine pour lui, quand il joue il passe sa vie à défendre, il ne rechigne jamais à la tâche. J’aime beaucoup son état d’esprit. Vivement son retour. Je me permets aussi de te rappeler qu’on a Luis Delgado en commun. Je me souviens que de son nom c’est pour dire le niveau réel de cet angolais…

« Bonne pioche. »

4 – La montée grâce au goal-average la saison dernière (sans jeu de mot) ça ne sentait pas un peu le pétard mouillé ?
C’est une montée qu’on ne mérite pas, je vous invite à aller voir Metz contre Red Star où le gardien se blesse gravement et on peut marquer le but de la victoire et de la montée. Pour moi c’est un signe de la providence. Dieu voulait de Metz en Ligue 1. Nous, en tout cas je parle pour moi, cette montée je la prends parce que c’est plus bandant un Metz v Guingamp par exemple, qu’un Metz v Bourg Péronnas.

5 – Sportivement, comment vis-tu la première partie de saison de ton club et comment envisages-tu la seconde partie de saison ?
Comme je l’avais annoncé avec mes potos de la Grenat Factory, on savait que ça allait être une saison compliquée. Les limites tactiques du coach en place sont criantes. Rien ne parlait pour lui et rien ne parlera jamais pour lui. Il est dépassé tactiquement, même si on a réalisé un bon début de championnat. On est bel et bien en route pour un retour en Ligue 2. Quand on remonte il y a 3 ans, l’effectif est clairement plus que limite mais Albert Cartier va au front. Là on a un coach qui a eu les joueurs qu’il souhaitait et puis rien. On est à la trêve et 0 match référence mais ce n’est pas un souci on prend des branlées à domicile mais pour le coach en place il est dans ses plans. Si un changement de coach n’est pas effectif, un retour en Ligue 2 est inéluctable et j’insiste sur ce terme. L’équipe ne dégage rien.

6 – Tu es carté au sein du groupe de supporters Horda Frénétik 1997, un groupe se situant dans la fameuse Tribune Est où des pétards ont causés la surdité du pauvre Anthony Lopes. Peux-tu nous raconter cette fameuse soirée ?
Personnellement j’avais décidé de boycotter ce match. L’affront de la défaite dans le derby face à Nancy 4-0 chez eux, 3 jours avant je ne l’ai pas digéré. C’est pour moi l’affront de trop, parce que putain il faut être sacrément SM pour supporter le FC Metz en 2016. J’ai préféré aller suivre un match de hockey. J’ai néanmoins eu des échos forcément. C’est quelque chose de regrettable cette situation. C’est un geste stupide, surtout qu’on battait Lyon chez nous. Mais cela ne représente pas la mentalité de la Horda. Les vidéos en attestent et à chaque match les capos insistent sur le fait de ne pas balancer des objets sur la pelouse. Mais les capos ne sont pas des responsables légaux, pour ces cas sociaux. Ils auraient au moins pu balancer à l’opposé, un peu de bon sens.

7 – Comment le vis-tu cette fermeture de Tribune ?
Mal, vraiment, c’est probablement ma dernière année universitaire sur Metz, il est probable que je quitte la ville à la rentrée prochaine et du coup je suis blasé. Je le vis aussi mal car le club est responsable, et le club se cache en pointant du doigt la Horda. Mais que les choses soient claires : à Metz j’ai eu des potes qui ont imprimé 15 fois au moins le même billet pour rentrer lors du derby de 2013 ou 2015. On peut faire rentrer ce que l’on souhaite dans le stade, la palpation est plus que sommaire. Le club cherche d’ailleurs à faire dissoudre la Horda. Mais à la différence du PSG, et ce que le président Serin ne comprend pas, c’est qu’à Metz si on fout dehors les tribunes populaires, il n’y aura plus personne au stade. Le président ne cherche jamais à défendre son club, il avale toute la semence de la LFP. Il proteste jamais, il défend jamais son club en public. La communication du club est d’ailleurs désastreuse, ce club on dirait plus une colonie de vacances qu’un club de football professionnel. De la cellule de recrutement à la billetterie en passant par la sécurité. Libérez la Tribune Est. #FreeHorda

8 – Si là maintenant, tu pouvais recruter gratuitement un ancien joueur du FC Metz encore en activité pour venir aider le club pendant 6 mois tu prendrais qui ?
Ribéry, sans hésitation. En 2004 il avait permis au club de bien figurer pendant ses six premiers mois en Ligue 1. Alors pourquoi pas revire ça, et puis, le buzz que cela peut engendrer même s’il est con comme un balai…

Ribéry au FCM. Depuis, l’argent est passé par là.

9 – C’est qui le joueur messin que Guingamp devrait chopper pour enrichir son effectif ?
Thomas Didillon c’est un gardien qui, je pense, va connaitre une très belle carrière, il a la tête sur les épaules. Il est très sain. C’est un vrai type, il dénote totalement dans le monde traditionnel aseptisé du football. Le seul à valoir le coup même si votre gardien est une belle trouvaille. Metz a déjà refusé 5M€ l’hiver dernier pour lui.

10 – Peux tu nous présenter Grenatfactory dont tu es le Papa ?

C’est un site web que j’ai monté avec des potos pour apporter de l’indépendance et une version décalée de l’info qu’on traite. Puisque maso on ne peut parler de notre club de façon sérieuse !

11 – Un dernier mot, coup de gueule, blague, pronostic pour conclure ?
On va prendre une belle branlée encore, car Didillon sera absent et que notre équipe suinte un peu du cul. Sinon j’espère que le coach en place, que je m’efforce de ne pas citer, va dégager et ainsi permettre au club un renouveau et un en avant (Guingamp) pour le maintien ! Pour reprendre la moitié d’un chant hordiste « Ne baissez pas les bras, nous serons toujours allez Metz allez allez.»

Voilà, merci à Cappie d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. On ne lui souhaite que deux choses : du courage pour la seconde moitié de saison et de prendre une belle branlée ce soir. N’hésitez pas à aller le suivre, ainsi que GrenatFactory.

Article ecrit par Pierre

Créateur de la @Team_EAG et possède un meilleur football que Maxime Baca